Verbraucherzentrale NRW poursuit Telekom, Telefónica et Vodafone

Verbraucherzentrale NRW poursuit Telekom, Telefónica et Vodafone

Le centre de conseil aux consommateurs NRW poursuit Telekom, Telefónica et Vodafone. Les trois opérateurs de communication transmettent des données positives aux agences de crédit – et violent ainsi le RGPD.

Transfert de données sans consentement

Le centre de conseil aux consommateurs de Rhénanie du Nord-Westphalie a annoncé dans un communiqué que la raison du procès contre les trois sociétés de communication était la transmission de données positives aux bureaux de crédit. Les données dites positives ne sont pas des informations sur les impayés, mais des données très générales. Ces données comprennent, par exemple, des informations sur quand et qui a conclu un contrat avec l’entreprise. Wolfgang Schuldzinski, PDG du Centre de conseil aux consommateurs de Rhénanie du Nord-Westphalie, a expliqué dans un communiqué pourquoi une telle approche est problématique : « La transmission de données positives peut sembler anodine à première vue, mais toute information sur les consommateurs peut être utilisée par les entreprises pour des décisions concrètes. » . Par exemple, des contrats fréquemment modifiés peuvent signifier qu’une personne est considérée comme non fiable et sera rejetée à l’avenir – même si tous les accords contractuels ont été respectés à tout moment.

Violation du RGPD

Au cœur de l’allégation du centre de conseil aux consommateurs de Rhénanie du Nord-Westphalie se trouve le fait que les données positives ont été transmises sans le consentement de la personne concernée. Selon Schuldzinski, cela n’est pas autorisé par le RGPD. Les bureaux de crédit et les sociétés transmettrices ont des intérêts économiques à transmettre les données ; Cependant, les intérêts personnels des personnes concernées l’emportent sur ces intérêts économiques, de sorte que le transfert est initialement inadmissible. Schuldzinski a également souligné que la transparence doit également prévaloir lorsque le consentement a été donné. Il devrait être possible à tout moment de retirer son consentement sans inconvénient en résultant. Jusqu’à présent, les médias sociaux tels que Facebook ont ​​été au centre des préoccupations des tribunaux en raison de violations des réglementations sur la protection des données. Le cas actuel montre qu’il n’y a pas qu’Internet qui est concerné par le RGPD.

Selon le centre de conseil aux consommateurs de Rhénanie du Nord-Westphalie, le procès devant le tribunal de district de Munich a été précédé d’un avertissement contre les trois entreprises mentionnées, qui n’a toutefois pas entraîné de changement de comportement. Après l’indemnisation que Telekom a reçue dans le cadre d’un litige avec la Commission européenne au début de l’année, c’est maintenant une mauvaise nouvelle pour l’entreprise.