Les supermarchés doivent reprendre les appareils électriques défectueux

Les supermarchés doivent reprendre les appareils électriques défectueux

Après une longue période de transition, les supermarchés et les discounters sont désormais également tenus de reprendre gratuitement les anciens appareils électroniques. Le règlement est entré en vigueur le 1er juillet – et comporte quelques exceptions et réserves.

L’objectif : plus de recyclage

La nouvelle obligation met en œuvre un règlement de l’UE qui a déjà été publié en 2012. Avec lui, l’UE vise à éviter les déchets électroniques et à augmenter le taux de recyclage. Ceci est à son tour au service de la durabilité économique et écologique. Pour les particuliers, la nouvelle réglementation signifie avant tout un moyen plus simple d’éliminer les anciens appareils électriques : alors qu’auparavant les points de collecte municipaux étaient principalement responsables de l’acceptation, le supermarché le plus proche peut désormais être facilement conduit jusqu’au supermarché le plus proche.

Les entreprises qui reçoivent les appareils ne peuvent pas simplement s’en débarrasser par la suite : elles sont tenues de veiller à ce que les appareils reçus soient réutilisés, réutilisés ou recyclés. L’arrêté va ainsi dans le même sens que le droit à la réparation introduit par l’Etat américain de New York ou la prime environnementale pour la réparation des appareils électriques introduite par la ville de Leipzig à titre d’essai.

Tous les magasins ne sont pas obligés

L’obligation de reprise ne s’applique pas à toutes les entreprises de vente au détail. Seules les entreprises qui vendent elles-mêmes des appareils électroniques sont soumises à la nouvelle réglementation. De plus, il doit y avoir une certaine taille minimale : les supermarchés, les discounters et les pharmacies doivent avoir une surface de vente d’au moins 800 mètres carrés ; Les magasins spécialisés dans l’électroménager sont en revanche obligés de les accepter gratuitement à partir d’une surface de vente de 400 mètres carrés.

Une autre restriction concerne la taille de l’appareil électronique à remettre : si la longueur du bord est supérieure à 25 centimètres, l’appareil ne doit être accepté que si un nouvel appareil électrique est acheté en retour. Cette obligation d’achat ne s’applique pas aux petits appareils. Le retour d’un grand téléviseur à écran plat devrait donc être plus difficile que le retour d’un grille-pain.

Le commerce de détail se sent bien préparé

Le commerce de détail s’estime aussi bien préparé. Antje Gerstein, directrice générale de l’Association allemande du commerce de détail, a annoncé que le commerce de détail était prêt et « sur la dernière ligne droite avec ses préparatifs ». Aldi, Lidl, Edeka et Rewe ont déjà déclaré que la nouvelle commande sera mise en œuvre facilement dans tous les magasins.