L’e-prescription dans le Schleswig-Holstein arrêtée pour le moment

L'e-prescription dans le Schleswig-Holstein arrêtée pour le moment

Les problèmes entourant l’e-prescription tant attendue ne semblent pas s’atténuer. Aujourd’hui, des experts en protection des données du Schleswig-Holstein contrecarrent les plans des médecins. L’envoi des ordonnances électroniques ne devrait donc être autorisé qu’avec un cryptage approprié.

Le chiffrement de bout en bout est une condition préalable aux ordonnances électroniques

En matière de numérisation, l’France est encore un pays en développement à bien des égards. Cela devient particulièrement clair avec l’e-prescription. La même chose devrait remplacer le petit morceau de papier démodé qui n’est donné que par le médecin lui-même. Le début de la forme moderne de prescription de médicaments était en fait prévu pour le 1er septembre 2022. Rien n’en sortira, du moins dans le Schleswig-Holstein. Le délégué à la protection des données de l’État fédéral a pour l’instant interdit la transmission des ordonnances électroniques. Comme justification, Marit Hansen a déclaré dans une lettre à l’Association des médecins de l’assurance maladie légale que le cryptage était insuffisant. S’agissant selon eux de données médicales, les ordonnances numériques ne doivent pas être envoyées par e-mail sans plus tarder. Le règlement général sur la protection des données (RGPD) prévoit un cryptage dit de bout en bout pour ces données sensibles.

La profession médicale a été rappelée

L’Association des médecins de l’assurance maladie légale du Schleswig-Holstein a réagi rapidement. Les médecins en exercice ont été contactés par courrier et conseillés de ne pas encore utiliser l’e-prescription. Et apparemment, Hansen, en tant que délégué à la protection des données, souhaiterait une protection encore plus étendue. Par exemple, elle envisage de rendre le code QR de l’ordonnance électronique accessible uniquement avec un mot de passe personnel. Cela soulève bien sûr la question de savoir s’il n’est pas plus important pour les patients de recevoir des ordonnances sous forme électronique que d’attendre des mois pour un meilleur cryptage. Du point de vue du délégué à la protection des données, cependant, les assurés n’ont pas leur mot à dire dans ce domaine. Au contraire, les droits à la protection des données sont un devoir de diligence de la part de l’État, qui doit simplement être accordé.

Freiné juste avant l’arrivée

Au vu de l’allégement bureaucratique que de nombreux médecins espéraient avec l’introduction de l’e-prescription, le renouvellement du freinage d’urgence apparaît comme un coup bas. Surtout quand on regarde l’histoire de la prescription électronique, on comprend la frustration du corps médical. Après tout, l’e-prescription devrait commencer le 1er janvier 2022. Cependant, le démarrage a été retardé car les limites de la numérisation ont de nouveau été atteintes. Si l’ordonnance électronique est enfin disponible dans tout le pays en France, les personnes sans application appropriée ni même accès à Internet n’ont pas à s’inquiéter. Le médecin pourra imprimer très facilement le QR code indispensable. Dans tous les cas, les ordonnances électroniques seront probablement dans un premier temps une affaire exclusive. Une ordonnance électronique sans papier ne devrait probablement être possible que pour les titulaires d’une carte de santé moderne avec une puce NFC appropriée et un cryptage PIN.