Défauts logiciels : le gouvernement fédéral prévoit de tenir les fabricants responsables

Gesetz

La responsabilité du produit pour les logiciels défectueux n’a toujours pas été réalisée malgré des années de demandes. Le nouveau gouvernement fédéral veut maintenant changer cela, comme l’a révélé la ministre de l’Intérieur Nancy Faeser. En conséquence, le gouvernement envisage la responsabilité du fabricant pour les défauts logiciels.

Les fabricants sont responsables des logiciels défectueux

Depuis huit ans maintenant, le Chaos Computer Club (CCC) exige que les fabricants de logiciels soient tenus responsables des solutions incorrectes ou défectueuses. Jusqu’à présent, cependant, cette exigence n’a pas été mise en œuvre.

Cependant, cela va changer très bientôt, comme l’a déclaré la ministre fédérale de l’intérieur Nancy Faeser (SPD) dans le cadre de la conférence actuelle 18e Congrès allemand de la sécurité informatique a confirmé. Manuel Höferlin, porte-parole pour la politique intérieure du FDP, soutient également la proposition de Faeser. En conséquence, le nouveau gouvernement fédéral semble enfin s’être penché sur la question de la responsabilité pour les défauts logiciels.

Défauts logiciels négligents

Désormais, les fabricants doivent payer les dommages causés par négligence par des défauts logiciels dans leurs produits. Cependant, les détails concrets ne sont pas encore disponibles.

L’année dernière, le CCC a présenté une Aide à la formulation du numérique dans le nouveau programme gouvernemental avant de. On y demande « Responsabilité pour les problèmes de sécurité informatique non corrigés ou fréquents, y compris l’assurance obligatoire, la spécification obligatoire d’une date d’expiration et une garantie de fonctionnement minimale pour tous les composants logiciels nécessaires au fonctionnement des appareils et des éventuels backends. »

L’Office fédéral de la sécurité de l’information s’agrandit

Dans le même temps, le ministre de l’Intérieur Feaser a annoncé l’extension de l’Office fédéral de la sécurité de l’information (BSI). À l’avenir, l’autorité doit être étendue à un bureau central dans les relations entre la fédération et l’État, ce qui devrait améliorer la coopération et optimiser les procédures et les processus.

Le BSI est l’organisateur du congrès sur l’informatique numérique, mais n’a jusqu’à présent été consulté par les États fédéraux que sur demande dans des cas individuels. Le 18e Congrès allemand de la sécurité informatique se poursuivra le 2 février. Aujourd’hui encore, certaines décisions ou ébauches pourraient encore être prises.