BSI lance un programme de certification pour les composants 5G

La Commission européenne libère des bandes de fréquences supplémentaires pour la 5G

Le 1er juillet, l’Office fédéral de la sécurité de l’information (BSI) a lancé un nouveau type de programme de certification pour les composants 5G, qui s’adresse principalement aux fournisseurs de réseaux tels que Huawei, Ericsson et Nokia. Cela permet aux fournisseurs de faire vérifier de manière indépendante la sécurité de leurs produits 5G. Huawei et Ericsson sont impressionnés.

Plus de sécurité dans le réseau 5G

Le nouveau programme de certification pour les composants 5G fonctionne selon le schéma « Network Equipment Security Assurance Scheme Cybersecurity Certification Scheme – German Implementation » (NESAS CCS-GI) et s’adresse principalement aux fournisseurs de réseaux tels que Huawei, Ericsson et Nokia, explique le BSI.

Cela leur permet de faire vérifier de manière indépendante les propriétés de sécurité informatique de leurs produits 5G et de répondre ainsi aux exigences de certification contenues dans la loi sur les télécommunications (TKG), qui s’appliquent à tous les composants critiques des réseaux 5G.

« La certification permet une déclaration de sécurité informatique rapide et fiable pour les produits testés. Cela profite directement aux utilisateurs et augmente la cybersécurité en France. » déclare Arne Schönbohm, président de BSI.

Grâce au nouveau système d’évaluation et à l’aide d’organismes internationaux, les composants ne sont pas seulement certifiés au niveau national, mais également chez des fabricants actifs à l’échelle mondiale.

Huawei et Ericsson sont impressionnés

Deux des plus grands fournisseurs de réseaux 5G, Huawei et Ericsson, ont déjà commenté positivement le nouveau programme de certification. Ericsson est déjà en dialogue avec le BSI et les clients qui utilisent leur propre infrastructure réseau et vérifient déjà les exigences, a déclaré le porte-parole d’Ericsson, Martin Ostermeier. Golem.de cité.

La standardisation de la technologie et la sécurité supplémentaire qui l’accompagne sont importantes pour l’entreprise suédoise et elle y répond « toujours les exigences des autorités réglementaires nationales »a poursuivi Ostermeier.

Patrick Berger, porte-parole de Huawei France, se félicite également de l’annonce du BSI. La NESAS est soutenue en tant qu’approche globale par la GSMA et le 3GPP depuis des années et les nouvelles directives de certification sont considérées comme un élément essentiel d’une cybersécurité accrue.

On est maintenant en pourparlers avec les autorités compétentes et les opérateurs mobiles respectifs afin de clarifier sa propre participation à la mise en œuvre pour le marché français.

Nokia France, en revanche, n’a pas encore répondu à la demande de Golem.de. ZTE n’a même plus de contact direct avec les médias. Le schéma national sert également de modèle pour un futur schéma européen de certification selon le Règlement (UE) 2019/881la loi dite sur la cybersécurité (CSA).